Les îles des Antilles abritent de nombreux lagons. Et la Guadeloupe ne déroge pas à cette règle. Les deux principaux sont situés au niveau de la jonction des deux terres (la Basse-terre et la Grande-terre) et sont nommés le Grand cul-de-sac marin au nord et le Petit cul-de-sac marin au Sud.

Ces lagons sont d’exceptionnelles réserves naturelles. Il sont bordés par des plages et des mangroves, et sont séparés du large par des barrières de coraux. A l’intérieur de ces lagons, la faune se développe de manière intense.

Le grand cul-de-sac marin est le plus vaste de la Guadeloupe. Dans ces 15 000 hectares, il compte de nombreux îlets : îlet Fajou, îlet Caret, îlet la biche, îlet Macou… Ces petits territoires sont très fragiles (l’îlet Caret est en train de disparaître). Certains d’entres eux sont préservés et interdits à l’accès pour l’homme afin de protèger les animaux qui viennent s’y reposer et s’y reproduire.

Ici, un très grand nombre d’espèces de poissons cohabitent. Nous pouvons y trouver des carangues, barracudas, pagres, tarpons, snooks, mérous… Il est également possible de croiser des poissons pélagiques de passage, comme des thazards ou des bonites.

La structure des fonds du lagon est très diverse. Nous pouvons trouver localement des fonds rocheux, ou encore des grandes zones d’herbiers ou de sable, des coraux… La profondeur varie de 50cm sur les « flats » (hauts-fonds / secs) jusqu’à 15m dans les fosses ou chenaux naturels. Nous pourrons donc appliquer toutes les techniques de pêche aux leurres ou à la mouche que je vous propose.